PSA Peugeot Citroën souffre et va économiser

PSA Peugeot Citroën va se serrer encore plus la ceinture, réduire ses investissements et se séparer d’actifs en 2012 pour compenser les pertes de son activité automobile l’an dernier.

Une cure dont le groupe assure qu’elle n’aura pas d’impact supplémentaire sur l’emploi. Le premier constructeur automobile français a vu son bénéfice net divisé par deux en 2011, à 588 millions d’euros. Il avait réussi à repasser dans le vert en 2010 après deux années de pertes consécutives liées à la crise. La mauvaise performance de l’an passé est à mettre sur le compte de sa branche automobile, la plus importante. Elle a enregistré une perte opérationnelle courante de 92 millions d’euros sur l’année, contre un bénéfice de 621 millions en 2010. Ses autres activités (l’équipementier Faurecia qu’il contrôle à 57%, le transporteur Gefco qu’il détient à 100% et sa banque PSA finance) sont en revanche bénéficiaires.

(AFP)