Quand la vague de la bêtise s’attaque aux vaccins et à ceux qui font du fric avec, et bien la rougeole revient.

Les cas de rougeole ont augmenté de 300% dans le monde au premier trimestre 2019. 700 cas aux USA, 23 décès en France depuis 10 ans et le nombre des anti-vaccins s‘accroit. 

En s’attaquant aux vaccins, « au nom de la médecine naturelle » quelques aventuriers jouent avec la sante d’une partie de l’humanité. Le comble, c’est qu’en attaquant les vaccins sous le prétexte qu‘il enrichissent les laboratoires pharmaceutiques et les médecins, ces marchand de la peur font eux mêmes beaucoup d’argent en vendant leur livres, leurs vidéo et leur conférences  un peu partout dans le monde . 

Il faut donc croire qu’une partie du monde est devenu fou. Louis Pasteur et Alexander Fleming doivent se retourner dans leur tombe parce que sur internet, des bandes organisées (ou pas) sont parties en guerre contre leur formidables découvertes scientifiques dans le domaine de la bactériologie des vaccins et même des antibiotiques... Ces anti-vaccins inondent la toile d’arguments et d’études pseudo-scientifiques pour déconseiller les hommes et les femmes de céder à la vaccination. « Une pratique bourgeoise, imposée par la pensée unique et la pression des grands laboratoires pharmaceutiques, à la solde des grands intérêts capitalistes mondiaux ». N’importe quoi ! Sauf que ça marche. Dans ce climat de peur et de désordre qui s’est abattu sur les pays occidentaux depuis les débuts de la crise, « les vrais gens » ne croient plus en rien ni personne.Les élites politiques, les capitaines d’industries, les journalistes et maintenant les médecins sont dépassés par les sorciers... 

Pasteur, Fleming ou Pierre et Marie Curie qui, par leur travail ont changé le monde, ont désormais moins de succès que les complotistes, prédicateurs magiciens et radicaux qui dénigrent leurs découvertes alors que ces découvertes ont profité depuis un siècle comme jamais dans l’Histoire à la santé des humains.

Il est vrai que le business du vaccin est gigantesque. Les ventes mondiales devraient atteindre 80 milliards de dollars en 2025 et quatre grands laboratoires dominent le marché :Sanofi est numéro deux derrière l'américain Mercks (19 % de part de marché) et devant GSK (16 %) ou Pfizer (13 %) . Un marche qui est assez verrouillé tout simplement parce que le processus  de production est complexe. Il faut d’énormes investissement entre le moment ou on met au point un vaccin et le moment où on délivre les premiers lots . Sanofi a mis vingt ans et a dépensé 1,5 milliard d'euros pour mettre au point son vaccin contre la dengue. Compte tenu de l’urgence, les gouvernements, l’OMS, les ONG, les scientifiques et les labos multiplient les actions d’aides et de financement . La fondation de Bill Gates par exemple consent des efforts qui sont supérieur à ceux des gouvernements notamment sur la polio, la variole, et la rougeole.

Cette croissance exponentielle est principalement due à la demande de vaccins dans les pays en développement. Les fondations privées par exemple Et pour abaisser les couts, les laboratoires recherchent les vaccins combinés, qui immunisent contre plusieurs maladies en une seule injection.

Mais le gros de l'effort porte sur les vaccins contre les maladies infectieuses jusqu'alors sans remède. Sanofi, vient ainsi de mettre sur le marché le premier vaccin contre la dengue. Merckx a pratiquement mis au point un vaccin contre Ebola .

Les anti-vaccins sont totalement indifférents aux resultats que génère la vaccination dans les pays émergents. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour la freiner. Du coup la santé de l’humanité est en risque.

L‘Organisation Mondiale de la Santé vient de lancer un signal d’alarme sur la question de la rougeole. Les cas de rougeole ont augmenté de 300 % au premier trimestre de cette année par rapport à l’année dernière, de 700 % sur le seul continent africain. L’OMS rappelle qu‘alors, cette maladie épidémique qui avait quasiment disparu depuis la généralisation du vaccin il y a 50 ans, a fait 700 victimes aux Etats-Unis depuis l’an 2000.  En France, il y aurait eu 23 décès attribués à la rougeole depuis dix ans.

L’OMS a donc décrété comme chaque année, que cette semaine serait la semaine mondiale de la vaccination parce que la lutte contre les grandes épidémies impose que le maximum d’hommes et de femmes et surtout d’enfants soient vaccinés.

Selon « les vrais » scientifiques (ceux de Pasteur),il faut que 95% de la population soit vaccinés contre la rougeole pour que le virus soit bloqué. Or aujourd’hui, nous ne sommes au niveau mondial qu‘à 85 % de la population. Donc la maladie regagne du terrain. Non seulement la situation est fragile dans les pays émergents (question de moyens), mais ce qui est beaucoup plus inquiétant, c’est que la situation se détériore dans les paysdéveloppés, là où on avait éradiqué ce type de risque par la vaccination quasi obligatoire. Pour des raisons difficiles à comprendre, une part croissante de la population oublie ou refuse la vaccination sur la base d’un raisonnement malheureusement complètement faux. Alors qu’en Allemagne ou en Suède, le taux de vaccination atteint 97 % de la population, en France, il serait selon l’OCDE tombé en dessous de 80%.

C’est assez catastrophique, mais il existe en France et selon les médecins, des militants très actifs de l'anti vaccination qui, pour des raisons idéologiquesou peut-être religieuses pour certains, expliquent que la vaccination est anti naturelle et dangereuse. Sans bien sûr en apporter la moindre preuve scientifique de ce qu’ils avancent. Ils surfent sur la peur, tout est bon pour expliquer leur refus,ils mettent en avant la puissance des lobbies pharmaceutiques et des médecins –dont le seul but ne serait que de faire du fric avec la santé du plus grand nombre.

Le comble c’est que ces anti vaccins font eux même beaucoup d’argent avec leurs prêches. Hyper présents sur les réseaux sociaux et notamment Facebook, Ils multiplient les livres et les vidéo, et font beaucoup de conférences qui attirent un public fragile et inquiet dans la France entière. 

Alors, ces militants ne se présentent pas comme des « anti-vaccins » mais plus malins, ils se présentent comme partisans de la liberté vaccinale, à cause des risques encourus disent-ils.

Pour illustrer leurs propos, ils montrent des photos d’enfants ou de bébés contaminés par l’aluminium qui serait contenu dans le vaccin. Jacques Bessin, par exemple, a créé une association citoyenne de la santé, et il fait la promotion « des médecines alternatives » et il explique à qui veut l’entendre, que ses deux enfants de 16 et 19 ans n’ont jamais été vaccinés et vont moins chez le médecin que les autres enfants de leur âge. Pour lui et ses amis, le corps humain fabrique sa propre immunité. Notamment contre la rougeole.

Devant ce qu’il faut bien appeler une campagne de désinformation, mais aussi devant la recrudescence des cas de maladies contagieuses, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait rétabli le caractère obligatoire des vaccinations dont la rougeole et les oreillons (avec sanctions à la clé, comme l’interdiction d’aller dans une crèche si l’enfant n’est pas vacciné). Cette décision n’a pas changé l’attitude des anti-vaccins, qui crient aux atteintes à la liberté individuelle de disposer de son corps, sauf que la maladie est contagieuse et ils mettent donc en danger la vie des autres. L’Allemagne a également rendu obligatoire la vaccination avec amende financière en cas de non-respect de cette obligation.

Ce qui est terrible dans ce genre d’affaire, c’est qu’une partie de la population en vient à douter des progrès de la science. Dans tous les domaines. Dans la science économique et politique, on peut le comprendre parfois, mais dans les disciplines médicales, c’est plus étrange et plus inquiétant.Parce que s’il y a bien un domaine où la science a le plus contribué aux bienfaits de l’humanité,c’est bien la santé. Il y a certes eu des dérives, des accidents, des expérimentations hasardeuses et des scandales, mais les progrès sont tellement évidents.

Chargement des commentaires ...