Rapport Gallois : Un choc de 30 milliards sinon rien

Louis Gallois a tenu bon. Il a résisté à la campagne de découragement menée par la classe politique pour s’opposer à ses préconisations. L’ancien président d’EADS a remis son rapport sur la compétitivité aujourd’hui au Premier Ministre. Dans ce rapport, il maintient la nécessité de baisser massivement les charges sociales sur les salaires : au moins 30 milliards d’euros, soit 20 milliards de charges patronales et 10 milliards de charges salariales. Pour protéger le modèle social, Louis Gallois suggère une hausse modérée de la TVA et de la CSG et, c’est la surprise du chef, il préconise une baisse massive des finances publiques. La boucle est bouclée. Louis Gallois confirme ce que tout le monde sait et dit depuis dix ans ! La seule façon d’améliorer la compétitivité de l’industrie française c’est de transférer une partie des coûts sociaux sur la consommation et surtout de baisser les frais généraux du système. François Hollande s’est vraiment piégé : en écartant la hausse massive de la TVA, il se retrouve face à un autre tabou de la gauche française : les dépenses publiques.