Réforme des retraites : c'est bien, mais les syndicats ont raison de s'y opposer et voici pourquoi

Sur le fond le gouvernement s’en est bien sorti. Mais les syndicats ont raison de se dresser contre ce projet. Les uns comme les autres font le job, enfin le dialogue va pouvoir reprendre. C’est plutôt bien pour la démocratie.

Un corps social fièvreux

Le gouvernement d’Elisabeth Borne a fait le job en acceptant un compromis qui tient compte de toutes les remarques faites par les uns comme par les autres… à commencer par la nécessité de sauver le système de retraite par répartition.

D’où la décision d’amorcer le mouvement de recul de l’âge de la retraite. Le gouvernement ne propose plus les 65 ans, il fait un mixte entre l’âge légal à 64 ans et un accroissement du nombre d’annuités cotisées. Par ailleurs, il tient compte des questions de pénibilité, des carrières longues, tout cela pour répondre aux arguments avancés par les syndicats.

De ce point de vue-là, la réforme est plutôt intéressante parce qu’elle va contribuer à la préservation de l’équilibre sachant que la réforme ne garantit pas cet équilibre et qu’il faudra sans doute faire à nouveau des ajustements.

Alors le gouvernement aurait pu être plus courageux en essayant, par exemple, de corriger les inégalités flagrantes entre le secteur public et le secteur privé. Il aurait pu aborder la question des seniors et s’interroger sur le manque d'appétence au travail. Parce que le problème de la retraite, c’est le déficit de travail pour les seniors, y compris pour les cadres, le problème c’est qu’une part importante des Français ne sont pas heureux au travail, d’où leur envie d’en sortir.

Cela dit, le gouvernement avait-il le choix et les moyens d’aller plus loin. Les déséquilibres actuels de 3% du régime général étaient acceptables mais au bout de 5 ou 10 ans, le déséquilibre serait devenu insupportable et surtout, impossible à financer dans un pays qui vit a crédit depuis dix ans …  etc. le régime par répartition est structurellement très fragile. Il fallait donner très vite des gages aux marchés financiers et leur montrer que la gouvernance française était consciente du problème, tout en soulignant les contraintes politiques qu’il faut bien assumer.

Donc finalement, il faut reconnaitre que le gouvernement a bien joué. Maintenant, tout va dépendre de la réaction d’un corps social qui est très fiévreux.

Mobilisation générale

Les syndicats, eux, ont réagi en s’opposant tous au projet du gouvernement et en appelant à la mobilisation générale. C’est un fait très nouveau. Ça n’était pas produit en France depuis 2010. Ça signifieque le mouvement syndical est peut-être en train de se reconstruire en répondant ainsi à la grogne générale. Parallèlement, on sent bien que les partis d’opposition de gauche et d’extrême gauche vont rejoindre l’opposition des syndicats et ont même annonce leur participation à une manifestation publique avancée au 19 janvier.

Ce phénome est tres intéressant parce que ce projet de réforme de la retraite a cristallisé une opposition de l’opinion publique mais les syndicats ont sans doute pris la décision de faire taire leurs différences pour récupérer le mouvement de colère sociale, au cas où cette colère viendrait à éclater.

L'enjeu de la concertation

 

L’attitude des syndicats est une posture qui doit empêcher toutes les manifestations type gilets jaunes. Parce qu’au moment des gilets jaunes, il faut se souvenir que les syndicats étaient au fond du trou, tout comme les partis politiques traditionnels.

Si les syndicats parviennent à récupérer la représentation du mécontentement, le dialogue social aura récupérer de la densité et de l’utilisé.

On peut retrouver dans deux mois, le gouvernement et les syndicats unis pour discuter en profondeur des sujets qui n’ont pas été abordés dans cette version du projet.

Si le gouvernement continue de jouer le jeu de la concertation et si les syndicats retrouvent leur audience, leurs adhérents en toute responsabilité, la France aura une petite chance de sauver son modèle social.

Suivez nous sur Twitter

A lire aussi...

Le FMI annonce la déprime, ce qui marque un changement profond dont les Occidentaux peuvent pourtant se réjouir.

Le FMI a soufflé le froid sur les prévisions mondiales alors que les chefs d’entreprises guettent les premiers signes de changements positifs. Parce que si la Chine va mal, c’est une bonne nouvelle et si les taux d’intérêt remontent, ça cassera la spéculation avant l’industrie.

La guerre en Ukraine va obliger les démocraties libérales à accepter un nouvel ordre mondial.

L’année 2022 qui s’achève a mis un terme à l’organisation du monde qui avait été définie après la chute du mur de Berlin. L’année 2023 devra inventer un nouvel équilibre et sortir les gouvernements des contradictions dans lesquelles ils sont tombés.