Salon du livre : Le rendez-vous d’une industrie qui va beaucoup mieux

Du 18 au 21 mars, c’est l’évènement à la Porte de Versailles. Un moment attendu par de nombreux amoureux de la lecture, le salon du livre a ouvert ses portes jeudi et c’est déjà l’effervescence. Un salon qui se veut avant tout populaire et où les auteurs côtoient leurs lecteurs en toute simplicité.«On a pu voir Stéphane Hessell, c’est impressionnant de voir que cet homme malgré son âge vienne encore à notre rencontre » s’exclament Pierre et Elodie, deux visiteurs.

Du 18 au 21 mars, c’est l’évènement à la Porte de Versailles. Un moment attendu par de nombreux amoureux de la lecture, le salon du livre a ouvert ses portes jeudi et c’est déjà l’effervescence. Un salon qui se veut avant tout populaire et où les auteurs côtoient leurs lecteurs en toute simplicité.
«On a pu voir Stéphane Hessell, c’est impressionnant de voir que cet homme malgré son âge vienne encore à notre rencontre » s’exclament Pierre et Elodie, deux visiteurs.

Et de nombreux auteurs sont présents. Il y a évidemment les stars, qui vendent des milliers de livres à travers la planète. Pour les reconnaitre, rien de plus simple… Il suffit de déambuler dans les allées du salon et de repérer les immenses files d’attentes devant les stands des éditeurs.

« Ça va faire 2h30 que j’attends…mais j’y suis presque » s’exclame un jeune homme, une pile de romans à la main tous signés par… Amélie Nothomb.

À travers le millier de maisons d’éditions présentes durant ces 4 jours, c’est toute une industrie qui affirme un message : la crise est finie.

« On a senti des moments de vraie dépression en librairie. Mais pour nous maintenant tout va très bien » indique Myriam Anderson, éditrice chez Actes Sud.

« C’est une tradition pour nous, un moment de rencontre avec les lecteurs. Une des singularités d’Actes Sud sur le salon, c’est de sortir une bonne partie de notre fond, il y a plus de 2000 références, donc pas uniquement les best-sellers à l’instar d’autres maisons… »

Du côté des libraires le message est le même : « Janvier et février ont été très bons et puis sur le stand les chiffres sont pas mal».

N’allez pas imaginer que le Salon du livre se fait entre « pro ». On remarquera, par exemple, la présence d’organismes régionaux, de chaînes de télévision ou d’entreprises

«L’intérêt pour nous ? C’est une manière de communiquer… mais avec du contenu ! » affirme Gilles Begusseau, responsable culturel pour la région PACA.

« Nous sommes aussi coéditeurs de livres s’ils sont un prolongement de notre contenu TV. Parfois nous lançons des livres en concomitance avec l’antenne, cela permet pour notre spectateur une vrai complémentarité, nous avons donc toute notre place » indique Adrienne Fréjacques, responsable de l’édition pour Arte.

Plus que la fête des éditeurs, c’est le rassemblement d’un marché qui va mieux.

Un salon qui dit NON au numérique ?

Dans les allées, de cette 31ème édition du Salon du livre, une question est sur toutes les lèvres des professionnelles. Est-ce la mort annoncée du livre papier au profit du livre numérique ?

Pour Myriam Anderson, la question est tranchée « Le numérique, on est très prudent. Il y a peut être une génération de non lecteur que l’on peut amener au livre, mais le gros problème pour le moment c’est qu’il y a une multitude de formats, de tablettes, qui sortent toutes les 30 secondes ! Ce serait bien que cela se stabilise… après on verra pour numériser les œuvres… Et puis une question se pose, celle du droit d’auteur. Cela doit se faire dans un cadre de justice pour les auteurs. Il est urgent de ne pas trop se presser ! »

Pour Erwan, libraire présent sur le salon, la patience est aussi de rigueur :

« Personne ne sait ce qui va se passer…Pour le moment la révolution se fait avec la vente sur le net, qui nous prend, c’est vrai, des parts de marché. Mais le livre numérisé on ne sait pas… Et même quand ce sera en place, je reste persuadé que ça n’empêchera pas les gens d’acheter un livre de poche pour prendre le train. »

Une profession qui se remet doucement de la crise, des questions sur l’avenir de la filière qui paraissent encore lointaine, cette 31ème édition du livre n’est autre que le reflet d’un secteur en pleine mutation où se croisent auteurs stars et lecteurs, amoureux du papier et businessmen avertis, prêts à négocier les droits du dernier roman à succès.

Un endroit unique, fait de rencontres magiques qui vous accueille jusqu’à lundi 18H.