Sarkozy annonce le redémarrage temporaire de Petit-Couronne

Un accord a été conclu avec Shell pour redémarrer temporairement la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, a déclaré vendredi Nicolas Sarkozy.

Les 50 millions d’euros nécessaires pour faire repartir la raffinerie, dont 20 millions seront déboursés par Shell, vont être débloqués, a dit le président de la République à des ouvriers lors d’une visite de la raffinerie. »Je suis quelqu’un de parole, c’est signé », a-t-il dit. « Je ne dis pas que ça sauve la raffinerie mais ça donne du boulot pour six mois. »

Le contrat permettra à la raffinerie de distiller du pétrole brut appartenant à Shell, ancien propriétaire du site, pour lui fournir de l’essence et du gasoil. L’Etat et Shell fourniront 20 millions chacun, les 10 millions restants étant couverts par des avances au titre des quotas d’émissions de CO2.

Les 550 salariés de Petroplus sont cependant plus intéressés par une solution à long terme et craignent que le contrat de sous-traitance ne favorise pas l’achat de l’usine par un repreneur. »En résumé, la raffinerie va redémarrer, il y a l’argent pour les travaux, il y a du boulot pour six mois, au Parlement, on fait un texte pour qu’on ne prenne pas les 200 millions d’euros que représentent les stocks », a dit Nicolas Sarkozy.

« Il faut maintenant qu’on se batte sur le plus difficile qui est le repreneur », a-t-il ajouté avant une réunion avec les syndicats de l’entreprise. « Si on n’avait pas fait repartir la raffinerie, il n’y aurait pas de repreneur. » Plusieurs sociétés ont montré un intérêt pour le rachat de la raffinerie de Petit-Couronne, mise en redressement judiciaire après le dépôt de bilan de sa maison mère suisse. Il faut deux mois à deux mois et demi pour redémarrer la raffinerie.

Avec Reuters