Sarkozy hier soir TF1 : Que faut-il retenir au chapitre économique ?

L’exercice ne se prêtait pas à l’exposé d’un programme d’actions, sauf qu’a partir du moment où vous aviez sur le plateau des cas particuliers qui étaient tous intéressants parfois émouvants, il fallait bien que le Président apporte des réponses. Et des réponses concrètes. Le problème c’est qu’on lui demande de jouer l’abbé Pierre et le faiseur de miracle alors qu’il n’en a pas les moyens et que ce n’est pas forcement son métier.

Alors plusieurs choses à retenir tout de même :

La première porte, sur la décision de débloquer 500 millions d’euros au profit des chômeurs de longue durée et des contrats d’apprentissage pour les jeunes. On est là, dans le traitement social du chômage, sans moyens énormes parce qu’il faudra gager ces dépenses nouvelles par des économies ailleurs.

La deuxième chose, c’est l’affirmation qu’il n y aura pas de taxations nouvelles sur les plus values des résidences principales. Il y avait un débat mais les risques de blocage de la marche immobilière étaient trop forts.

Troisième chose, c’est la confirmation d’un financement pour la dépendance dès l’été prochain. Sans beaucoup de précision même si on sait par ailleurs que tout le monde travaille sur un système d’assurance obligatoire un peu comme dans l’automobile.
Enfin dernier point, il faudra retenir la pédagogie du changement. L’explication de la difficulté de la situation dans laquelle nous sommes. Le monde change, il faut donc changer pour se protéger.

Face à des cas particuliers, cette partie de l’histoire globale passe mal. On le sent bien …Nicolas Sarkozy se voulait protecteur, humain chargé de gérer les services de proximité, de service à la personne et par ailleurs il doit aussi présider le G20 c’est à dire s’occuper des changements qui ont forcement un impact. La cohabitation de ces deux dimensions est difficile et faute d’interlocuteurs de contradicteurs sur le plateau Nicolas Sarkozy a du mal à assumer la contrainte.

Pour finir, il y avait quelque chose de surréaliste hier soir, que de voir le spectacle de cette France qui pleurniche sur ces problèmes domestiques alors que l’Egypte était dans la rue à faire la révolution. En Egypte, 40 millions d’hommes et de femmes ont moins d’un euro par jour pour vivre…

Pendant que l’Egypte se soulève, la France se regarde le nombril sur TF1.