Si les délais de paiement étaient respectés, les entreprises pourraient récupérer plus de 20 milliards d’euros !

13,4 milliards d’euros. C’est la somme que pourrait récupérer en cash l’ensemble des PME si les délais de paiement inter-entreprises étaient respectés. Pour les ETI, cette somme s’élève à 9 milliards d’euros. C’est ce que révèle l’observatoire des délais de paiement, présidé par l’économiste Jean-Hervé Lorenzi, qui a remis son rapport annuel au ministre de l’Économie.

13,4 milliards d’euros. C’est la somme que pourrait récupérer en cash l’ensemble des PME si les délais de paiement inter-entreprises étaient respectés. Pour les ETI, cette somme s’élève à 9 milliards d’euros. C’est ce que révèle l’observatoire des délais de paiement, présidé par l’économiste Jean-Hervé Lorenzi, qui a remis son rapport annuel au ministre de l’Économie.

Dans le rapport, les auteurs font une dizaine de recommandation comme « clarifier les obligations des payeurs », « généraliser les sanctions administratives contre les mauvais payeurs » ou encore « intensifier la communication des retards par les commissaires aux comptes et les experts Comptables ». Pour Denis Le Bossé, président du Cabinet Arc, spécialisé dans les recouvrements de créance pour les entreprises , « les propositions sont tout à fait intéressantes mais la difficulté va résider dans leur mise en pratique principalement auprès des PME. Elles sont toujours ancrées dans ce rapport de force avec leurs clients.Les entreprises n’osent pas relancer leurs clients et encore moins leur réclamer les pénalités de retard. Une sensibilisation des ETI/PME est nécessaire sur ce point. »

L’observatoire insiste dans son rapport sur le respect de la LME (Loi de Modernisation de l’Économie) qui permet un délai de paiement maximum de 60 jours. Grâce à cette dernière, le rapport souligne qu’en 2011, la moyenne des délais de paiement est passée à 53 jours contre 67 en 2000. Pour Denis Le Bossé, il faut aller plus loin : « Depuis la LME, le Commissaire aux comptes est tenu d’adresser un rapport sur les délais de paiement au ministre chargé de l’Économie s’il démontre, de façon répétée, des manquements significatifs au respect des délais de paiements imposés par la loi. Une solution consisterait donc à combiner cette mission avec l’application des sanctions administratives : le Commissaire aux comptes déclare et la DGCCRF sanctionne ».

L’intégralité du rapport ici

+

+

jean hervé lorenzi, denis le bossé, cabinet arc, délais de paiement, observatoire, rapport,

Doté d’une double formation juridique et commerciale, Denis Le Bossé a commencé sa carrière en 1987, en tant que consultant dans le recouvrement au sein d’une société française dédiée à cette activité.En 1989, il fonde le Cabinet ARC, spécialisé dans le recouvrement de créances.Le Cabinet ARC intervient aujourd’hui dans le monde entier pour plusieurs entreprises du CAC 40, de grands comptes et de PME. Il emploie 40 collaborateurs, dont 30 juristes hautement qualifiés.Le Cabinet ARC mène en parallèle des opérations de gestion du poste client (audits et formation), de gestion de facture et d’informations financières.