Silicon Valley : Le procès Apple-Samsung fait le buzz

Le procès où s’affrontent le géant informatique américain Apple et son adversaire, le coréen Samsung, dans un conflit croisé pour violation de brevets a fait salle comble lundi au tribunal fédéral de San José (Californie), au coeur de la Silicon Valley.

La procédure a débuté avec la sélection, lundi, d’un panel de 10 jurés parmi un groupe de 70 personnes rassemblées dans la salle d’audience, qui ont dû répondre à des questions sur d’éventuels liens des jurés potentiels ou de leurs proches avec Apple, Samsung, le groupe internet Google ou sa filiale Motorola. Trois femmes et sept hommes ont finalement été sélectionnés, dont un chômeur, une femme au foyer et un ingénieur en mécanique. Ceux dont le profil a été jugé trop technique, ou trop technologique, ont été disqualifiés.

Un employé d’Apple a également été écarté, tout comme un concepteur d’interfaces utilisateurs pour Google, à la suite d’objections de la part des avocats d’Apple. Google n’est pas directement impliqué dans le dossier mais son système opérationnel Android est utilisé sur les appareils Samsung et va figurer de manière proéminente dans le dossier. Interrogé sur ce qu’ils connaissaient de ce dossier, plusieurs jurés potentiels ont admis qu’ils avaient lu la biographie de Steve Jobs, le cofondateur d’Apple décédé l’an dernier, dans lequel il qualifie Android de « produit volé ». Avant le début de l’audience, des dizaines de personnes faisaient la queue à l’extérieur du tribunal pour assister à un procès très attendu.

Apple  réclame 2,5 milliards de dollars à Samsung, l’accusant de violation de brevets. Le sud-coréen a contre-attaqué, en accusant la firme à la pomme d’avoir enfreint ses propres brevets. C’est l’un des litiges de propriété intellectuelle les plus importants actuellement pour le secteur des technologies, notamment des tablettes et des téléphones portables multifonctions.Si le résultat de procès similaires a été mitigé en Europe et en Australie, Samsung est clairement sur la défensive aux Etats-Unis, où Apple veut régner en maître. La juge Lucy Koh, qui préside le tribunal, a déjà émis deux injonctions demandant la suspension temporaire des ventes aux Etats-Unis de la tablette Samsung Galaxy 10 pouces (25 cm) et le téléphone multifonctions Nexus conçu par Google.