Sommet européen : On va sortir de la crise ou pas ?

L’édito de Jean-Marc Sylvestre. Le sommet européen démarre jeudi soir sous la pression de la rue contre les politiques d’austérité. Est-ce que les chefs d’États ont les moyens d’apporter des réponses ?

On dit toujours que ces sommets ne débouchent sur rien mais ce n’est pas vrai, et celui-ci pourrait nous surprendre. Le  scénario qui a été co-écrit par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy  est en voie de réalisation. Retour sur les grandes séquences.

1. Il fallait sécuriser la zone euro

C’est désormais fait. Les mouvements spéculatifs ont été étouffés, les taux d’intérêts n’ont pas explosé en dépit des remontrances des agences de notation. Pour sécuriser la zone euro, on a créé le MES, une sorte de FMI européen et surtout on a laissé faire Mario Draghi qui a inondé l’Europe de crédits faciles. Plus rapide et moins cher que les eurobonds.

2. Il fallait des engagements de discipline budgétaire

C’est pratiquement fait aussi, sauf en Grande Bretagne. Mais les anglais ne sont pas dans l’euro. Pourtant,  ça grogne. Certains ne trouvent pas cela suffisant, d’autre trop rigoureux.

3. Il faut de la croissance

La vraie surprise va venir de la fin du film. Les responsables de la zone euro vont mettre le paquet sur la croissance et, pour aller plus loin, Mme Merkel fera un pas supplémentaire : la mutualisation des risques. Face à une majorité d’Allemands qui veulent quitter la zone euro, elle va les convaincre de la nécessite de rester.

Quoi qu’il arrive politiquement aux uns et aux autres, l’histoire reconnaîtra un jour qu’il y a cinq personnes qui auront réussi à sauver l’UE. Au générique de ce film on trouvera les premiers rôles comme le couple Merkel-Sarkozy  qui depuis le début a très bien fonctionné. En second rôle, les Italiens, Mario Draghi et Mario Monti. En appui, le Premier Ministre de la Grèce.