Taxe Google : Hollande donne jusqu’à fin 2012 pour négocier

François Hollande, qui a reçu lundi le patron de Google Eric Schmidt, a indiqué qu’une loi pourrait « intervenir si nécessaire » pour faire payer une taxe au moteur de recherche américain dans l’hypothèse où des négociations avec les éditeurs de presse n’aboutiraient pas. Le chef de l’Etat a reçu lundi le patron de Google durant trois quarts d’heure à la suite de la mobilisation des éditeurs de presse français et européens, déterminés à instaurer un droit payant reversé par le moteur de recherche américain. Le président de la République a « souhaité que des négociations puissent rapidement s’engager et être conclusives d’ici la fin de l’année entre Google et les éditeurs de presse ». Il a ajouté, dans un communiqué, avoir « souligné que le dialogue et la négociation entre partenaires lui paraissaient la meilleure voie, mais que si nécessaire, une loi pourrait intervenir sur cette question ». Le patron de Google a quitté l’Elysée peu avant 18H00 sans faire de déclaration. « La visite d’Eric Schmidt était prévue depuis longtemps, a précisé un porte-parole du moteur de recherche. Il s’est rendu en France à de nombreuses occasions pour y rencontrer le chef de l’Etat et des membres du gouvernement, afin d’échanger avec eux sur la contribution d’internet à la création d’emplois et au rayonnement de la culture française dans le monde ».
Chargement des commentaires ...