Taxe Tobin : Les marchés savent bien que l’on fait de la politique

L’édito de Jean-Marc Sylvestre. Nicolas  Sarkozy qui veut lancer son projet de taxe financière en solo a rencontré lundi Angela Merkel.


Sur le principe, la France et l’Allemagne sont d’accord. Il y a une différence de méthode, rien de plus. Le Président français fait de la politique, il fait une annonce en espérant un impact politique. Il espère aussi faire bouger les opinions publiques en Europe. Du coup, ça permettrait à l’Allemagne d’avancer. D’un côté, les marchés ont toutes les raisons de s’inquiéter d’un tel projet qui accroit le désordre. Du coup, on envoie un message un peu brouillé. Mais de l’autre, les marchés savent bien que l’on fait de la politique. On rassure les opinions publiques et si on rassure les opinons publiques, on restaure la confiance.

L’important, c’est qu’il y ait convergence d’objectifs entre la France et l’Allemagne. Et si la convergence fait baisser les taux d intérêt d’un demi-point, les deux chefs d’états devraient déjeuner ensemble tous les jours.