Tour de France : de plus en plus de business

Peut-être faites-vous partie de ces 15 millions de spectateurs qui assisteront au passage du tour de France. Rendez-vous estival par excellence, la grande boucle est aussi une beau support d’exposition qui séduit les annonceurs publicitaires.

Si la course permet parfois un suspense jusqu’à la dernière minute, le sponsoring au sein du tour est, quant à lui, réglé comme du papier à musique dès le début. La règle est simple: plus la marque paie, mieux elle est exposée sur les différents supports de communication durant les trois semaines de la course.

On distingue au sein de l’organisation trois catégories de sponsor.

Les partenaires privilégiés. Ce sont 4 marques (LCL, Vittel, Carrefour et Skoda) qui déboursent entre 3.5 et 5 millions pour obtenir une visibilité maximale.

Les partenaires officiels. Ce sont 10 marques qui investiront entre 600.000 et un million d’euros. C’est par exemple le cas du PMU, d’Orange ou de Festina.

Les fournisseurs officiels. Ce sont 17 marques qui ne sont pas associées à l’aspect sportif. Engagées pour une durée de 3 ans, ces marques sont présentes uniquement pour l’aspect marketing de la course. Elles doivent débourser entre 300 et 500.000 euros. Parmi les plus connus : Cochonou, Etap Hotel ou Haribo.

La Caravane publicitaire. Pour faire parti du cortège de véhicule qui précède la course, il faut aussi payer ! Comptez 37.000 euros pour quatre véhicules, puis 6300 euros par véhicule supplémentaire. Cela permet néanmoins d’assurer la distribution de 12 millions de petits cadeaux ou d’échantillons aux spectacteurs.

Chaque année, de nouvelles marques font leur apparition sur le tour. En 2010, Teisseire et Galettes Saint-Michel avaient fait leur entrée. En 2011, c’est au tour d’Alcatel, Qatar Airways, Europcar, Banette et Sojasun. Enfin, en 2012, un des nouveaux arrivants sera un revenant. Le Coq Sportif sera de retour sur la grande boucle 60 ans après sa participation.