Toussaint : Le business de la mort en 5 chiffres clés

Avec le vieillissement de la population, le secteur funéraire est de plus en plus vivant. Tour d’horizon du marché en cinq chiffres clés.

Avec le vieillissement de la population, le secteur funéraire est de plus en plus vivant. Tour d’horizon du marché en cinq chiffres clés.

Toussaint oblige, bon nombre de français vont aller fleurir les tombes de leurs défunts parents. Ce qu’ils ne savent peut-être pas, c’est que le marché de la mort lui, est loin de l’être. Pourquoi ? Parce que la population vieillit et qu’elle finira bien par mourir. Une assurance vie sur la mort pour les nombreux professionnels du secteur funéraire.

+

+

Les cinq chiffres clés :

-550.000 : C’est le nombre de décès en France chaque année. Une donnée en constante augmentation. A l’horizon 2030, on estime à 682.000 le nombre décès.

-22.7 millions : C’est le nombre de pots de chrysanthèmes qui sont produits en moyenne pour le marché français. 98 % des quantités achetées fleurissent des tombes.

3.098 euros : C’est le coût moyen pour des obsèques. Selon l’UFC Que Choisir, le coût varie entre 1.300 à 6.101euros entre le devis le moins cher et le plus élevé.

– 5 milliards d’euros : C’est le chiffre d’affaires pour l’ensemble du secteur. Un salon lui est même désormais consacré (www.salondelamort.com).

– 97% : C’est le pourcentage des 997 magasins funéraires visités par l’UFC Que Choisir qui n’ont pas été capables de fournir une réponse satisfaisante et conforme à la loin. En leur demandant à chaque fois un devis pour organiser des obsèques, les écarts de prix pour une même prestation varient parfois du simple au presque quintuple.