Un nouveau dispositif pour baisser les prix des carburants

Le gouvernement a confirmé jeudi travailler à un nouveau mécanisme contre la cherté des carburants en relais de son dispositif, qui a permis une baisse de 3 à 6 centimes mais expire à la fin du mois. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a rappelé que le gouvernement présentait au Parlement un texte sur la « tarification progressive de l’énergie qui est aussi une façon de répondre aux difficultés des ménages les plus précaires ». En vertu du dispositif gouvernemental mis en place fin août pour trois mois, l’Etat a baissé de 3 centimes la taxe sur les carburants, tandis que les pétroliers et distributeurs ont accepté de rogner sur leurs marges de jusqu’à 3 centimes. Du coup, les prix à la pompe ont baissé de 3 à 6 centimes par litre. Le ministère de l’Economie avait fait savoir dimanche qu’il étudiait une aide financière pour les plus bas revenus pour prendre le relais à l’expiration de l’allègement de la taxe, soulignant néanmoins qu’il s’agissait d’une piste parmi d’autres. De son côté, l’association de consommateurs CLCV a publié une étude montrant que « la période de baisse de taxe a pu donner lieu à une évolution opportuniste des marges (des raffineurs) pour le gazole en octobre », et appelé le gouvernement à réguler ces marges. De plus, elle a enjoint le gouvernement à réinstaurer une « prime à la cuve » de 200 euros pour les foyers modestes se chauffant au fioul domestique, qui serait « tout ou partie financée par les pétroliers », alors que le prix de ce carburant tutoie depuis la rentrée ses records de fin 2011. Une telle prime avait été en vigueur de 2005 à 2010.