Un nouvel effort français à 5 milliards d’euros

5 milliards d’euros, c’est le montant du nouvel effort budgétaire que devra demander le gouvernement pour rester dans les clous de ses engagements auprès de Moody’s.

Le ministère du budget n’a pas officialisé ce chiffre. Pourtant François Fillon d’un côté, et surtout François Baroin de l’autre n’ont pas caché la nécessité d’un nouveau tour de vis. Pourquoi ? Afin de répondre à l’avertissement de Moody’s, l’agence de notation qui s’est donnée trois mois pour vérifier que la France évitera tout dérapage.

Ces cinq milliards de redressement ne sont pas tombés du ciel. A priori, ils serviraient à compenser deux choses :

-D’une part, la baisse des rentrées fiscales liées au ralentissement de l’activité. C’est un fait, on ne fera jamais les 1.75% de croissance. Un manque à gagner de 2 milliards d’euros.

-D’autre part, la hausse des taux d’intérêt de la dette liées aux risque de la dégradation coûte déjà au bas mot 3 milliards.

Entre nous, c’est un minimum. Parce qu’il faut aussi aider la Grèce ou bien aider les banques françaises qui auront perdus de l’argent en Grèce. Ce n’est donc pas 5 milliards qu’il faudra trouver. C’est 4 ou 5 fois plus. Enfin, soulignons que ce qui sera le plus difficile ce n’est pas le chiffrage. Le plus compliqué pour le gouvernent sera de dire comment on les trouve. Des hausses d’impôts ? Lesquels ?  Des baisses de dépense ? Quelles dépenses ?

Tout cela, promet de beaux débats à l’assemblée.