Une loi pour empêcher les entreprises rentables de licencier : Bonjour démagogie, au revoir économie

A lire sur le blog Politique City

A lire sur le blog Politique City

François Hollande a annoncé un projet de loi pour empêcher les entreprises rentables de licencier. Ineptie !? On appelle ça de la démagogie sans aucun fondement économique.

1) Les destructions d’emplois, le réel problème ?
Les médias et les politiques tendent à nous faire croire que le problème de l’économie française c’est que les entreprises françaises détruisent de l’emploi… Et il faut dire qu’il est assez difficile de ne pas tomber dans la démagogie quand tous les journaux font leur Une, sur les plans de licenciements qui pullulent en France.  Or le problème, ce n’est pas que les entreprises françaises détruisent de l’emploi, le réel problème c’est qu’elles n’en créent pas !  Une économie est un matière mouvante, non basée sur de l’emploi stable mais sur des destructions d’emplois, compensées par des créations…

2) « Licencier ». Et s’il valait mieux prévenir que guérir ?
La deuxième ineptie réside dans le fait qu’un chef d’entreprise ne peut pas attendre de ne plus être rentable pour prendre des mesures afin de diminuer ces coûts (donc licencier)… Il gère sa société par le biais de prévisionnels basés sur la conjoncture : il peut ainsi être rentable mais avoir de prévisions très défavorables (un carnet de commande vide), il doit alors -malheureusement- « dégraisser le mammouth » pour la pérennité de son entreprise… Trop attendre c’est risquer de liquider l’entreprise et donc de licencier l’ensemble des salariés. Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir ! Notons, de plus, que, ne pas prendre ces mesures préventives pourrait lui être reprocher légalement pour faute de gestion…

3) « Venez ! Vous ne repartirez plus ! »
Enfin, n’oubliez jamais, qu’une plus grande rigidité pour licencier,  c’est diminuer l’attrait économique pour la France qui n’est déjà pas au beau fixe…  Si on vous dit « venez chez nous mais ce sera très difficile de partir » vous viendriez-vous ?