Une taxation sur les gains des jeux de hasard ?

Yann Galut, député socialiste du Cher, propose une taxation à 15% pour les gains des jeux de hasard dépassant 30 000€. « En pleine crise économique grave, ce serait une source de revenus non négligeable, assure-t-il. Encore plus, lorsque l’on sait que les gains de la Française des jeux (FDJ) se sont élevés à 7 Mds€ en 2011. » Selon lui, cette taxe rapporterait un milliard d’euros de recettes supplémentaires par an à l’Etat. Le Loto remplit déjà les caisses de l’Etat à hauteur de 2,7 Mds€ par an si l’on prend en compte tous les jeux de hasard de la FDJ. Si la taxe Galut était validée, les jeux de hasard seraient alors doublement taxés : à l’achat et au gain. La mise en place d’une telle taxe est d’ailleurs opérée chez nos voisins européens. « En Espagne, un gagnant est taxé à 20% dès 2500 € de gains, lance-t-il. Et, en Italie, la taxe s’élève à 6% à partir de 500 € de cagnotte. Ma proposition est bien moins lourde que cela, car elle ne concerne que les gros gains. »Pas sûr, pour autant, qu’elle trouve une oreille attentive auprès du gouvernement. Bercy balaie cette possibilité, précisant que cela ne représente pas une priorité.

Yann Galut, député socialiste du Cher, propose une taxation à 15% pour les gains des jeux de hasard dépassant 30 000€. « En pleine crise économique grave, ce serait une source de revenus non négligeable, assure-t-il. Encore plus, lorsque l’on sait que les gains de la Française des jeux (FDJ) se sont élevés à 7 Mds€ en 2011. » Selon lui, cette taxe rapporterait un milliard d’euros de recettes supplémentaires par an à l’Etat. Le Loto remplit déjà les caisses de l’Etat à hauteur de 2,7 Mds€ par an si l’on prend en compte tous les jeux de hasard de la FDJ. Si la taxe Galut était validée, les jeux de hasard seraient alors doublement taxés : à l’achat et au gain. La mise en place d’une telle taxe est d’ailleurs opérée chez nos voisins européens. « En Espagne, un gagnant est taxé à 20% dès 2500 € de gains, lance-t-il. Et, en Italie, la taxe s’élève à 6% à partir de 500 € de cagnotte. Ma proposition est bien moins lourde que cela, car elle ne concerne que les gros gains. »
Pas sûr, pour autant, qu’elle trouve une oreille attentive auprès du gouvernement. Bercy balaie cette possibilité, précisant que cela ne représente pas une priorité.