Vie quotidienne : pour les Français, au travail, leur voisin de bureau est souvent plus insupportable que leur patron.

Source : BFM TV

Régions-job,du groupeHello worka enquêté sur le quotidien des Français au travail et notamment leur relation avec leur voisin de bureau. Résultats surprenants. 

C’est la première fois qu’on interroge les Français sur les relations qu’ils ont avec leur voisins de bureau.On sait tout des Français au travail. On sait qu’en moyenne, il aiment leur boite même s’ils se plaignent de leur salaire, on sait à quelle heure ils arrivent, on connaît par cœur pourquoi ils s’absentent et même où ils vont en vacances... On connaît l’opinion qu’ils ont sur leur supérieur hiérarchique, sur les produits... On ne les écoute pas toujours assez. Mais c’est un autre problème. 

On ne s’était pas encore intéressé à la façon dont ils vivaient leurs relations de bureau. Ou alors ça restait cantonné à la direction générale et ça restait top secret. C’est assez étonnant mais il faut croire que pour les RH dans les entreprises, le rapport avec le voisin de bureau ne concerne pas l’entreprise, à condition que ça ne perturbe pas la logique la bonne marche du bureau. 

La vérité, c’est que la majorité des DRH ferment les yeux ou jouent les autruches. 

France Job, du groupe Hello Work qui est aujourd’hui l’acteur digital de référence de l’emploi, du recrutement et de la formation en France, et qui accompagne les actifs tout au long de leur vie professionnelle, les entreprises, cabinets de recrutement, sur leurs enjeux RH et recrutement et les centres de formation/écoles sur la valorisation de leurs offres de formation. Ce cabinet vient d’interroger plus de 1057 personnes en poste dans des entreprises françaises représentatives du paysage entrepreneurial français. 

Les résultats donnent à réfléchir sur l’état réel du climat social dans l’entreprise, en dehors de tout filtre hiérarchique ou syndical. 

Presque la moitié des Français passent plus de temps avec leurs voisins de bureau qu’avec leur famille. Ils les côtoient tous les jours, connaissent leurs travers et leurs qualités, leurs tics de langage et leurs petites habitudes… Les collègues ne laissent personne indifférent. Il était donc utile de répondre à des questions toutes simples sur : 

- Quels liens avons-nous avec eux ? 

- Qu'est ce qui nous est le plus insupportable chez un collaborateur ?

- A quoi ressemble le voisin de bureau idéal ?

- Quels sont les pires défauts de nos collègues ?

 

1erpoint : Pour 55% des Français, le voisin le plus insupportable est celui qui critique tout tout le temps. Si non et c’est sans surprise, pour 53% des actifs, un voisin de bureau qui sent mauvais est rédhibitoire. 52% ne supportent pas quand un de leurs collègues tient des propos déplacés (racistes et sexistes etc…).Un peu plus loin, on déplore aussi les gens qui tapent trop fort sur leur clavier (37%) et les gens qui parlent trop (24%). 

Le problème, c’est que si ces comportements sont très gênants, il s’avère très difficile pour autant d’en faire part à la personne concernée. 

Alors, 46% des actifs en poste le font très rarement mais sans beaucoup de résultats, quand 23 % n’arrivent pas à le dire du tout. Donc une majorité supporte ce qui leur insupportable. Bonjour le moral. Parfois pour expliquer leur réserve, ils considèrent que les RH ne veulent pas le savoir. Cependant  7% ont en revanche le courage de le dire systématiquement. Avec une telle timidité, la paix au bureau ne sera pas menacée mais bonjour le moral et le productivité.

 

2epoint :A côté des voisins insupportables, il y a les voisins détestables. Les salariés détestent les collègues négatifs (47%), ceux qui se mêlent de tout (41%) et les fainéants (39%). Suivent ensuite les collègues sales (38%), les plaintifs (36%) et ceux qui ne parlent que d’eux (28%).

 

3epoint : les bons voisins existent. Heureusement. Le voisin de bureau le plus agréable, le voisin idéal pour 54% des Français est celui qui a l’esprit d’équipe, pour 43% celui qui a l’esprit ouvert, tolérant et bienveillant. Pour 43%, le voisin idéal doit avoir de l’humour et pour 31 %, il doit avoir de l’enthousiasme. 

 

Si on résume le diagnostic à communiquer aux RH ou au service de formation de l’entreprise, voici la liste des voisins insupportables et détestables, parce qu’ils peuvent se corriger un peu .. du moins on peut l’espérer. 

A manier toutefois avec précaution parce que c’est de la dynamite sociale. Les syndicats d’ailleurs ne s’en mêlent pas. Il y a pourtant la tout un champ de réformes des comportements et des attitudes à  explorer.