Weekend: Stupidbook ou comment deux étudiants Parisiens ont réussi à se mettre à dos les avocats de Facebook !

Si vous faites partie de ces 20 millions de Français ayant un compte sur le réseau social « Facebook », vous avez certainement déjà été interpellés par les commentaires, photos ou réflexions de vos « amis ». En effet, entre un respect de l’orthographe plus que douteux, des discussions publiques qui ne devraient pas l’être, ou des photos nous plongeant dans la plus stricte intimité de l’autre, vos amis oublient parfois que juridiquement Facebook est une place publique… ! Un oubli qui a donné lieu aux États-Unis depuis quelques années à la naissance de sites où l’on se « moque » de  ce contenu parfois  « ras les pâquerettes » via des copies écrans anonymes de camarades virtuels du contributeur.

En France, ce sont deux amis qui ont repris le concept et lancé, il y a tout juste un an, Stupidbook.  Marie, 21 ans, étudiante en droit à ASSAS et Ari, 22 ans, étudiant en Marketing à Dauphine, sont à la tête de ce bijou d’humour et de délicatesse… Rencontre :

Comment avez-vous eu l’idée de lancer Stupidbook  ?

Nous sommes partis du constat que beaucoup de nos amis nous montraient des « pépites » des murs Facebook de leurs amis.  Aux Etats-Unis, il y a déjà cette culture de faire des sites qui regroupent le meilleur.  En France, cela n’existait pas… c’est désormais réglé. Nous avons créé le site en une nuit, en révisant nos partiels !

Pas très sérieuses les révisions ! Et comment cela fonctionne ?

Pour poster, il suffit de faire une capture d’écran, de cacher les noms avec le logiciel « Paint » par exemple. Nous avons créé des tutoriaux qui sont disponibles sur le site pour le faire. En le recevant, nous faisons un tri, et nous postons sur le site.

En terme de visites ?

Au début, l’an passé, nous étions à quelques centaines de pages vues sur une journée. La semaine dernière nous étions à environ 25 000 page vues par jour…

Vous vous étiez fixés des règles au départ ?

Au départ pas vraiment, on ne s’était pas posé la question. Mais dès les premières réceptions, nous avons dû fixer des règles ! (rires)

Que recevez-vous ?

Des gens nus, beaucoup. Mais aussi des scènes assez violentes, choquantes, des personnes qui créent des groupes humiliants… C’est aussi la réalité de Facebook.

On sent que vous êtes réticents à ce site… Je me trompe ?

Disons que Facebook n’est pas forcément mauvais, mais il faut savoir l’utiliser à bon escient. Les gens pensent que Stupidbook, ce n’est fait que pour rire. Nous avons voulu aussi laisser passer un peu de contenu plus sérieux pour sensibiliser : Sur Facebook, il ne faut pas mettre n’importe quoi non plus. Mais nous ne sommes pas anti-Facebook. Nous avons une page Facebook, le site inter agit avec Facebook…

Vous avez déjà eu des contacts avec Facebook ?

Des contacts oui…! Nous avons même quelques litiges avec eux ! (rires)

Ah bon ?

Ils nous reprochent l’utilisation du mot « Book ». C’est assez complexe, des raisons de marque, de nom de domaine…Ce qu’il cherche à faire surtout, c’est nous faire changer de nom, pour faire diminuer la visibilité du site, pour le référencement…Notre équivalent LameBook aux Etats-Unis est carrément en procès contre Facebook.

Et actuellement pour vous ?

Notre avocat est en discussion avec les avocats de Facebook… Ils veulent nous faire changer de nom…

Votre avocat ? Vous vous êtes payés un avocat…?

Evidemment, ils ont été surpris, ils pensaient nous faire un peu peur et ils ont vu que les deux étudiants français que nous sommes, n’ont pas lâché l’affaire ! Actuellement, ils négocient…même si les avocats de Facebook menacent de porter plainte.

Vous l’aurez donc compris, Stupidbook n’amuse pas tout le monde surtout les équipes de Mark Zuckerberg. Facebook à consommer avec modération, un message que les deux jeunes ont le mérite de délivrer de manière ludique. Alors à vos claviers sur stupidbook.fr, à consommer lui, sans aucune modération !