Zone euro : Les ménages et les patrons n’ont toujours pas le moral

90,6 points, c’est l’indice de confiance des consommateurs et des chefs d’entreprise de la zone euro pour le mois de mai. Un indice qui s’est fortement dégradé au fil des mois.

L’indice de confiance peut vous paraître compliqué mais il est pourtant très simple : il fonctionne comme un baromètre. Les ingénieurs de la statistique font un tas de mesures sur l’emploi, les chiffres d’affaires, les crédits, ils mélangent tout cela et sortent un indicateur de forme. Au-dessus de 100 tout va, mais plus on descend en dessous de 100, moins c’est bon.

Si l’on fait une météo de la zone euro, on s’aperçoit que les plus déprimés sont les Italiens et les Hollandais désespérés par la situation économique de l’Europe du sud. Viennent ensuite les Français déprimés à cause des Allemands et les Allemands déprimés à cause… des Français ! Quant aux Grecs, ils sont tellement déprimés qu’ils en ont cassé leur baromètre.

Ce qui inquiète les chefs d’entreprise et les banquiers, c’est que les gouvernements considèrent que tout cela est une tempête qui passera. Aujourd’hui, la Grèce est en faillite, l’Italie ne s’en sort pas, l’Espagne s’écroule. Et la France, qui vit toujours avec l’idée que le salut viendra de la croissance des autres. Didier Migaud, le président de la Cour des comptes, a présenté aujourd’hui un état calamiteux des finances publiques, il ne semble pas avoir été entendu.